Connectez-vous

Effet des plantes médicinales et des aliments en cas de diabète et de l'hypertension

laboratoire de rechercheL’Université d’État d’ Haïti et la FHADIMAC  ont conjointement entrepris une recherche  en ce qui concerne les  traitements traditionnels du diabète et de l’hypertension, deux affections qui méritent une attention particulière  vu qu’elles touchent de plus en plus de gens  à travers le monde et en Haïti. Ces deux pathologies sont bien connues pour leurs effets délétères sur la santé : elles affectent de nombreux systèmes de l’organisme et constituent en particulier des facteurs de risque importants pour le système cardiovasculaire. Elles augmentent ainsi  sensiblement le taux de mortalité des gens qui en sont touchés ainsi que la qualité de vie de ces derniers.  Elles constituent actuellement une préoccupation majeure pour la plupart des pays et pour l’Organisation Mondiale de la Santé elle-même.

Des traitements conventionnels à base de molécules synthétiques existent évidemment sur le marché pour ces affections, mais, ils ne sont pas à la portée de la grande majorité de la population haïtienne, ce qui rend ces affections chroniques très difficiles à gérer et augmente la vulnérabilité des gens qui en sont atteints.

La recherche entreprise vise à identifier et à éventuellement  valider les savoirs locaux pour ces 2 affections et comporte plusieurs volets :

Une enquête de terrain déjà réalisée (dans la région de Port-au-Prince) qui a permis de faire les constats suivants : 

  • La population de la zone métropolitaine s’adresse majoritairement à la médecine conventionnelle mais une partie non négligeable de cette même population (22,3% pour le diabète et près de 28% pour l’hypertension) s’adresse à la médecine traditionnelle familiale
  • La population détient un savoir et un savoir-faire en ce qui concerne ces affections et utilise à la fois des traitements phytothérapiques et l’alimentation pour les contrer
  • Les plantes les plus utilisées en cas de diabète sont : l’aloes  (Aloe vera), l’asowosi Momordica charantia) et le mabi (Colubrina elliptica). Celles les plus utilisées en cas d’hypertension sont : l’amandier (Terminalia catappa), l ’ail (Allium sativum) et le lougawou (Kalanchoe pinnata). En tout 35 plantes avec une fréquence supérieure à 5 ont été recensées pour le diabète et 21 plantes pour l’hypertension.
  • Parmi les aliments recommandé en cas de diabète, arrivent en tête de liste : le petit mil, les pois congo et le blé; en cas d’hypertension, le petit mil , les fruits et les légumes

Des analyses chimiques, enzymatiques et toxicologiques  dans le but d’identifier les principes actifs responsables de l’action thérapeutique d’un certain nombre de plantes retenues pour leur fréquence d’apparition élevée et de déterminer le niveau de toxicité des plantes retenues.  Ce volet est actuellement  en cours

Des essais cliniques (à venir) dans le but de déterminer in vivo l’action thérapeutique de ces plantes et de préciser la posologie la mieux appropriée aux différents cas.

L’originalité de ce travail tient au fait qu’il s’agit d’une recherche où le secteur privé (FHADIMAC) s’est associé à l’Université d’État d’Haïti en vue d’adresser un problème national et que plusieurs Facultés d’État (Faculté de Médecine et de Pharmacie, Faculté des Sciences) y prennent part.

L’enquête réalisée sera bientôt publiée aux Presses de L’Université d’État d’Haïti  et disponible au grand public.